Nos missions

Action générale et pôles d’actions générales spécialisées

L’Entrela’ – Centre culturel d’Evere se présente comme le carrefour entre les différents tissus associatifs et le citoyen. Il développe son action de manière transversale en s’appuyant sur différents pôles d’actions générales spécialisées :

L’alphabétisation – français langue étrangère,
L’école de devoirs,
Le Centre d’expression et de créativité « Le Labo »,
L’extrascolaire,
L’espace public numérique (EPN),
Le projet de cohésion sociale « De Là Haut ».

Le siège social du Centre culturel, situé au 43, Rue de Paris, regroupe les postes transversaux : programmation artistique, soutien à la création, médiation culturelle, comptabilité, accueil, communication et direction.

Processus d’auto-évaluation continue

Dans la foulée du décret relatif aux Centres culturels de 2013, l’équipe de L’Entrela’ a procédé à une profonde remise en question de sa manière de fonctionner. Nous avons en effet intégré dans nos pratiques la médiation culturelle, désormais vue comme la pierre angulaire du développement culturel territorial.

Concrètement, il s’agissait de replacer l’humain/le citoyen au centre de notre action, dans une démarche de  démocratie culturelle. Dans cette optique, l’analyse partagée du territoire et le processus d’autoévaluation ont permis d’interroger les habitants sur leur représentation du quartier. La mise en place d’une méthodologie auto-évaluative précise, renforcée par le Conseil d’orientation, a également conforté notre travail dans ce sens.

Enjeu de société et opérations culturelles

Le processus d’analyse partagée a permis d’identifier l’enjeu de société de notre territoire d’action, résumé en un slogan  : « tous ensemble, solidaires, métissés et égaux, faire de Bruxelles une « ville plaisir ».

Plusieurs opérations culturelles sous-tendent et nourrissent cet enjeu :

– Satisfaire les besoins élémentaires et lutter contre l’insécurité économique, physique et psychologique,
– Susciter le bien-être dans la ville et créer la « ville plaisir »,
– Favoriser la rencontre, la convivialité et développer une identité plurielle,
– Encourager les démarches de citoyenneté active et susciter l’épanouissement collectif,
– Renforcer l’estime de soi, la reconnaissance et le développement personnel.

Ce partage d’expériences nous a amené à sortir d’une logique de sectorisation de nos pratiques spécifiques, dans une optique de décloisonnement vers davantage de transversalité. De quoi concentrer les énergies autour de projets rassembleurs et porteurs de sens, moteurs de changement vers une société plus solidaire et plus juste.

Action spécialisée en éducation permanente

En tant que citoyens, nous sommes tous porteurs de culture, de ressources propres, dépositaires d’une expertise partagée et, à ce titre, capables de nous réapproprier notre pouvoir d’action politique. Notre action spécialisée en éducation permanente entend donc poser les bases, les jalons pour que ceux qui n’ont plus ou n’ont pas la parole puissent s’approprier les outils d’analyse nécessaires à l’exercice de la citoyenneté active et critique. Favoriser l’émancipation dans une optique de changement social suppose de mettre en place un accompagnement spécifique dans le déploiement de ces démarches citoyennes.

C’est pourquoi le Centre culturel, tout en soutenant les citoyens dans la mise en place d’actions de terrain, s’entoure de personnes ressources et d’experts pour nourrir une réflexion continue à travers notamment :

– Le développement d’une programmation artistique et culturelle de sensibilisation (ciné-rencontres, spectacles, expositions…),
– L’organisation de formations,
– La création de nouveaux outils,
– La mise en place d’ateliers et d’animations.

Actuellement, notre action commune se décline en trois axes, développés avec les habitants, le tissu associatif et l’appui de l’ensemble des actions générales spécialisées de L’Entrela’ et des services communaux compétents :

– L’alphabétisation – conscientisation à travers une démarche de déculpabilisation et de dévictimisation
– Réappropriation d’un lieu de vie collectif via le réaménagement du « Coin P »
– Développement de l’autosuffisance en nourriture biologique via le potager collectif