[(|=={oui}|oui)
]
imprimer

accueil > Missions > La médiation culturelle > Un métier en voie de développement ?

Un métier en voie de développement ?

Vers une reconnaissance bien méritée !

Le métier de la médiation se construit sur le long terme : il s’agit d’un véritable travail de fourmi qui dépend du territoire où il est initié et des institutions qui y sont implantées. Le médiateur est très souvent amené à se déplacer sur le terrain de ses interlocuteurs, où il doit prendre le temps d’écouter, d’observer, d’intégrer la sphère et les codes de personnes rencontrées. Par le feedback reçu en direct par les habitants, le médiateur permet à l’institution pour laquelle il travaille de se remettre en question, de réfléchir à son action et de l’adapter.

L’installation d’une relation de confiance est essentielle, ce qui demande beaucoup de temps et d’investissement. Il est donc primordial d’envisager la médiation comme un travail de longue haleine. Malheureusement, ce travail n’est pas toujours suffisamment reconnu par les institutions culturelles. Malgré le fait qu’il s’agisse d’un élément indispensable à la création d’une véritable « démocratie culturelle » (participation active des populations à la culture, à travers des pratiques collectives d’expression, de recherche et de création culturelles conduites par des individus librement associés, dans une perspective d’égalité, d’émancipation et de transformation sociale et politique), il s’agit encore d’un métier en construction, pour lequel les statuts et les revenus sont encore fort précaires.

C’est pourquoi, l’équipe du Centre culturel d’Evere « L’Entrela’ » souhaite trouver les financements qui permettront à Sandra d’être reconnue à sa juste valeur dans le travail de fond qu’elle mène depuis plusieurs mois déjà, et donc de s’investir pleinement dans son action (qui ne cesse de porter ses fruits de jour en jour).